top of page

Les Vikings, Les vêtements 2



Les vêtements des femmes


La chemise ou sous-robe

La femme viking portait parfois, en guise de sous-vêtement, une longue chemise de lin qui dépassait de manière ostentatoire sous la robe et dont le col se refermait avec un ruban noué à la base du cou. Selon les chercheurs, celle des femmes danoises était simple, tandis qu'en Suède elle était plissée.


La robe

La robe, en lin ou le plus souvent en laine, descend jusqu'aux chevilles. Le col fendu pour mieux passer la tête pouvait être fermé avec une fibule. Elle avait des manches longues ou courtes selon la saison. Elle pouvait être simple, plissée pour les femmes de haut rang, ou être bâtie avec des pans latéraux en triangle supplémentaires pour donner de l'ampleur à la base.

La robe-tablier ou robe suspendue (Smokkr)

Généralement en laine, elle était de forme tubulaire, ou fendue sur les côtés, ou encore composée de pans de tissu supplémentaires à partir de la taille (pour s'accorder à la forme d'une robe elle-même amplifiée par ce procédé). Une robe-tablier trouvée à Hedeby et datée du Xème siècle démontrent plusieurs techniques de couture sophistiquées.

Plus courte que la robe qu'elle venait en partie recouvrir, elle était retenue par des bretelles agrafées en-dessous des épaules avec des fibules dont la forme pouvait varier en fonction des régions et de la période (cf. bijoux ci-après). Souvent teintée, elle pouvait être brodée ou/ et galonnée.

Une autre hypothèse est qu'elle se composait de 2 rectangles de tissus (devant/derrière), sans couture, avec des bretelles fixées de la même manière. Toutefois, ce type de confection, qui n'a jamais été confirmée par les découvertes archéologiques, s'avèrerait en définitive peu pratique pour vaquer aux tâches quotidiennes.

Le châle

En laine pour protéger du froid, le châle de forme soit rectangulaire, soit demi-circulaire, était refermé sur la poitrine par une boucle de métal. Ses bordures pouvaient être ornées d'un galon ou de fourrure.


Les accessoires

Dans les zones géographiques christianisées comme Dublin et Jorvik, les femmes vikings semblaient disposer d'une grande variété de coiffes.


Le bandeau était une bande de tissu portée autour de la tête, un peu comme une couronne. Il pouvait être porté seul, ou avec un foulard ou un voile épinglé au bandeau. Le bandeau richement décoré était souvent réalisé en brocart, une étoffe de soie rehaussée de dessins brochés d’or et d’argent (en Suède surtout), voire tissé de spirales de bronze (Finlande). Ce type de bandeau était porté par les femmes des Francs, des Anglo-Saxons, Alamans, Bavarois, Lombards et Wisigoths espagnols.


Le foulard était noué sur la nuque et susceptible de redescendre dans le dos en une longue pointe, mais cet accessoire n'est pas attesté comme une généralité. Des foulards teints de pourpre avec des franges ont été attestés par des découvertes archéologiques.

Le capuchon était conçu à partir d'un rectangle de tissu avec un arrondi qui tombait dans le dos. Il couvrait la tête et le cou, des attaches permettant de le fixer sous le menton. Des exemples de ce type ont été trouvés à Jorvik (York), notamment en soie avec des attaches de lin. Un similaire à Dublin était fait de laine, plus rectangulaire, et avec une point à l'arrière de la tête.


Une hypothèse voudrait que la femme viking ait porté, à l'instar des hommes, une ceinture de cuir à laquelle elle aurait suspendu les clefs des coffres de la maison qui renfermaient les objets de valeur, et une bourse en cuir pouvant contenir de petits ustensiles de la vie quotidienne. Ceci n'a pas été attesté par les découvertes archéologiques, alors qu'il a été démontré que ciseaux, couteau, clefs, cure-oreille ou même de petites boîtes à aiguilles en os pouvaient être suspendus par des chaînettes aux fibules, les rendant de fait rapidement accessibles dans les tâches quotidiennes.


Les vêtements des hommes


La chemise de corps était généralement simple et en lin.


La blouse était droite et mi-longue, jusqu'à mi-cuisses, mais il en existait un autre type, plus large et portée avec une ceinture. Ces deux types de confection sont attestées par les représentations iconographiques. Elles pouvaient être décorées de galons tissés en damier avec des fils d'or ou d'argent pour les riches, ou brodées avec des motifs. Le col de la chemise, à l'instar des robes des femmes, était fendu pour mieux passer la tête et fermé avec une fibule.


La culotte, en lin ou en laine, était tantôt longue et étroite, tantôt large et bouffante. Elle pouvait être attachée par un lien sous les genoux.


La culotte large ou pantalon Thorsberg composait une tenue d'apparat. Celles découvertes à Hedeby étaient même plissées. Elle réclamait le port de bas maintenus par des agrafes ou de lanières d'étoffes dont on a retrouvé des restes dans des sépultures.


La cape et le manteau

La cape était attachée sur l'épaule droite ou sous le bras à l'aide d'une fibule, le plus souvent penannulaire. Elle pouvait être décorée de galons et bordée d'étoffes ou de fourrures. Afin d'assurer une meilleure protection contre le froid, le vent et l'eau, elle était parfois doublée d'une étoffe de laine, voire matelassée de duvet.


Les chaussures

Unisexes, elles étaient en cuir, parfois d'une seule pièce maintenue et fermée par un lacet en cuir, parfois composées de 2 morceaux de cuir auxquels on cousait une semelle.

Certaines chaussure plus fines ont pu être décorées de motifs divers comme le suggèrent des chaussures de la fin du XIIème siècle découvertes dans le quartier de Bryggen, à Bergen (Norvège), ornées de runes brodées le long de l'ouverture jusqu'à la pointe du pied, ou d'autres encore décorées de volutes incisées.

Les vikings utilisaient également des bottes de différentes tailles.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page